Article de presse - Cybercriminalité Une menace accrue en temps de crise - alsace (68)

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’Alsace du 27 novembre 2009 (http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/2242941,208/Une-menace-accrue-en-temps-de-crise.html)

Cybercriminalité Une menace accrue en temps de crise

Dans un contexte de crise économique qui exacerbe la concurrence, y compris déloyale, les PME et PMI sont fragilisées par le pillage de leurs données et de leurs technologies via internet.

La démonstration est sans appel. En 30 secondes, montre en mains, des gendarmes spécialisés en cybercriminalité sont entrés dans un réseau interne d’une entreprise fictive et ont piraté son contenu : comptabilité, fichiers de clients etc. Et en quelques minutes, les mêmes gendarmes ont téléchargé sur internet un logiciel malveillant type cheval de Troie, l’ont modifié pour le rendre invisible à l’antivirus, avant de l’introduire dans le réseau de l’entreprise via un courriel d’apparence inoffensive. « Dès qu’il sera ouvert, ont expliqué les gendarmes, ce petit logiciel nous enverra un message d’alerte. Puis il désactivera le pare-feu et l’antivirus. Le champ sera libre ! »

Forum transfrontalier

Cette démonstration avait pour but de sensibiliser les chefs d’entreprise aux cybermenaces, c’est-à-dire aux attaques malveillantes via internet.

Elle avait lieu dans le cadre d’un forum du Rhin supérieur, organisé hier, à l’Ena de Strasbourg, par la gendarmerie nationale et auquel assistaient près de 150 personnes : des chefs d’entreprises mais aussi des policiers français, suisses et allemands et des magistrats.

« Le cyber espace est revendiqué comme un lieu de liberté absolue », soulignait hier le général Marc Watin-Augouard, inspecteur général des armées-gendarmerie. Mais il a ouvert « une nouvelle ère en matière de criminalité et de délinquance ».

Des escroqueries sur internet « rapportent énormément d’argent » en raison de l’effet de masse pour des risques minimes si on les compare à un vol à main armée ou une attaque de fourgon blindé, qui relèvent tous deux des assises.

« Mais le cyberespace est aussi un lieu ou la défense et la sécurité intérieure ont des problématiques qui se recoupent », reprend le général.

Il a ainsi rappelé que lors de la guerre récente en Géorgie, avant le déploiement des troupes conventionnelles, tous les services informatiques du pays avaient été victimes d’une cyberattaque. « Il faut une prise de conscience collective du danger que représente la cybercriminalité. »

Sophistication accrue

D’autant que « l’interconnexion des systèmes les rend plus vulnérables », « l’externalisation des services » et la « multiplication des supports nomades » (PDA, Téléphones portables, clés USB) « facilitent les attaques malveillantes et augmentent la vulnérabilité des systèmes », comme l’a relevé Daniel Guinier, expert judiciaire près de la cour d’appel de Colmar. « Et le niveau de sophistication de ces attaques ne cesse de croître ».

Ce spécialiste plaide pour « une défense en profondeur » avec une approche globale et une véritable éducation à la culture de sécurité qui doit concerner tout le monde, particulier, familles, entreprises et institutions.

CONSULTER Le guide de la gendarmerie sur http://www.fic2009.fr/fr/upload/guide_pratique.pdf

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »